Les fonds négociés en bourse versus les fonds communs de placement

17 août 2017 par Banque Nationale
Les fonds négociés en bourse versus les fonds communs de placement

Les placements s’apparentent souvent à l’achat d’une voiture: chaque modèle convient à certaines personnes, pour différentes raisons. Aussi, dans l’univers des placements, deux véhicules ont actuellement la cote auprès des investisseurs: les fonds communs de placement (FCP) et les fonds négociés en bourse (FNB).

Afin de faire un choix éclairé, voici les principales différences entre ces deux solutions de placement.

Les fonds communs de placement

Les FCP existent depuis longtemps et forment les fondations de bon nombre de portefeuilles de placement. En juillet 2016, les actifs dans ces fonds s’élevaient à 1 304,3 G$ selon les données de l’Institut des fonds d’investissement du Canada.

Les FCP sont des  organismes de placement collectif (fiducie ou société). Les épargnants y investissent des fonds qui sont ensuite réinvestis dans une corbeille de titres diversifiés d’actions ou d’obligations. Cette diversification varie selon les objectifs du fonds et le style de placement. On peut par exemple trouver un fonds de titres à revenu fixe ou un fonds d’actions de sociétés technologiques. En contrepartie des sommes investies, l’investisseur reçoit des parts d’une société de fonds. Vous ne pouvez les revendre qu’à cette même société, à leur valeur de l’actif net par action.

Au début des années 1990, un autre véhicule s’inspirant du modèle des FCP a toutefois vu le jour et connaît un essor fulgurant depuis quelques années: les FNB.

Les fonds négociés en bourse

Les FNB, également organismes de placement collectif, conjuguent les avantages des FCP et ceux des actions. Tout comme les FCP, les FNB donnent la possibilité de diversifier ses placements, notamment selon la capitalisation boursière, un secteur d’activité donné ou une catégorie d’actifs.

Les titres qu’ils renferment pistent un indice précis avec les mêmes pondérations, notamment l’indice S&P 500 que répliquait le tout premier FNB appelé « Spider », surnom donné au SPDR (Standard & Poor’s Depositary Receipts). Ils se négocient cependant comme des actions. On peut ainsi les acheter et les revendre à la bourse.

Les actifs sous gestion atteignaient 88,4 G$ à la fin de février 2016, selon les données de Daniel Straus, du Groupe de recherche et stratégie sur les FNB à la Financière Banque Nationale.

Même si le marché américain demeure le marché le plus important des FNB, ceux-ci poussent comme des champignons au Canada depuis les dernières années: on en dénombre plus de 430!

Leur popularité a grandi grâce aux iShares (ex.: le iShares S&P/TSX 60 Index Fund, le iShares S&P/TSX Capped Composite Index Fund, le iShares S&P/TSX SmallCap Index Fund) et, notamment, à plusieurs pays aussi bien émergents que développés (iShares S&P Latin America 40 Index Fund, iShares MSCI Emerging Markets Index Fund, iShares China Index Fund, iShares MSCI EAFE Index Fund, etc.).

Quelle est la distinction?

La principale différente entre les FCP et les FNB se trouve dans la manière dont l’investisseur achète et vend ses parts. Avec les FCP, l’achat et la vente passent par la même société de fonds, tandis que pour les FNB, ces transactions s’effectuent auprès d’autres investisseurs, comme ce serait le cas, par exemple, pour la vente d’une action d’Apple.

Les transactions se font alors par l’intermédiaire d’un courtier, et le cours est fixé tout au long des heures d’ouverture d’un marché boursier. Les prix des FCP, eux, sont établis une seule fois à partir du cours de fermeture. À la différence également des fonds communs de placement, la gestion des parts des FNB suit à peu près les mêmes règles que les actions, c’est-à-dire que les investisseurs peuvent préciser le cours auquel ils veulent exécuter une opération et acheter ou vendre à découvert.

Quand vient le temps de choisir entre ces deux véhicules, pensez bien à ce dans quoi vous souhaitez investir, aux conséquences fiscales et aux frais de gestion. Ils peuvent avoir une incidence importante sur le rendement auquel vous vous attendez de vos placements…

Découvrez d’autres astuces et conseils pour mieux gérer vos finances personnelles en vous inscrivant à l’infolettre Banque Nationale.

Notes légales 

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada, à ses filiales ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site est fourni qu’à des fins d’information générale et ne doit d’aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. De plus, l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par Banque Nationale Courtage direct (BNCD) à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour BNCD et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers des sites externes qui ne sont pas administrés par BNCD. BNCD ne peut être tenue responsable du contenu de ces sites externes.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de BNCD.

 

Catégories

Catégories