Placements alternatifs : Diversifier au-delà des actions et des obligations

19 novembre 2020 par Accelerate Financial Technologies Inc
 La main d’un homme d’affaires choisit le cube de bois avec icône de flèche qui pointe dans la direction opposée pour montrer le leader de changement.

Le coronavirus s’est abattu sur le monde à une vitesse et avec une férocité létale telles que la plupart des pays ont dû arrêter net leurs activités et imposer un confinement pour l’endiguer. Les effets de la pandémie ont alarmé les marchés mondiaux et semé une terreur équivalente.

À la mi-mars 2020, l’indice de volatilité (surnommé l’indice de la peur) a atteint des sommets inégalés, dépassant le précédent niveau record établi au plus fort de la crise financière mondiale de 2008. 

Beaucoup d’investisseurs étaient mal équipés pour faire face à une volatilité aussi extraordinaire. Heureusement pour ceux qui possédaient des obligations en plus des actions, les titres à revenu fixe détenus ont sauvé leurs portefeuilles. Quand la pandémie a dévasté les économies, le taux à dix ans a chuté de près de 2,0 % à environ 0,5 %, soutenant les prix des bons et obligations du Trésor américain et aidant les investisseurs à maintenir leurs portefeuilles à flot. 

Les bons et obligations du Trésor ont excessivement bien rempli leur rôle d’assurance au premier trimestre pour protéger les portefeuilles d’actions. Mais comme les taux à 10 ans sont maintenant inférieurs à 0,8 %, les obligations pourraient ne pas produire le même effet pendant la prochaine panique du marché n’ayant plus beaucoup de marge pour baisser (à supposer que les taux ne deviennent pas négatifs).

Le portefeuille 60/40, composé à 60 % d’actions et 40 % d’obligations, a bien rendu service aux investisseurs pendant les dernières décennies. Cette excellente performance historique a suscité des attentes élevées chez les épargnants. En fait, les investisseurs escomptent un rendement annuel moyen de 10,9 % au cours des cinq prochaines années. Par contre, les stratégistes de Wall Street prévoient que le rendement annuel d’un portefeuille traditionnel 60/40 baissera à 2,8 % seulement au cours de la prochaine décennie. Ce faible rendement prévu n’est pas étonnant avec des taux inférieurs à 1,0 % pour les obligations d’État alors que les valorisations élevées actuelles du marché boursier impliquent des rendements futurs plus modestes.

Avec les attentes des investisseurs qui se chiffrent à 10,9 % comparativement au rendement de seulement 2,8 % qu’anticipent les analystes pour un portefeuille d’actions et d’obligations traditionnel, et cela combiné à la volatilité record récente, il ne suffit peut-être plus d’investir dans des actions et des obligations pour produire le rendement et la diversification nécessaires afin d’atteindre ses objectifs financiers à long terme.

On dit que la diversification est la seule chose qui soit gratuite dans les placements. Plus nombreux sont les flux de revenus sans corrélation dans un portefeuille, moins il y a de risques. Par exemple, ajouter un actif sans corrélation à un portefeuille peut en réduire le risque de 29 %. C’est pour cela que les investisseurs détiennent à la fois des obligations et des actions. En poussant le raisonnement un peu plus loin, six actifs sans corrélation pourraient réduire le risque de près de 60 %.

Devant la faiblesse record des taux obligataires et l’extrême volatilité des actions, les investisseurs diversifient de plus en plus leurs portefeuilles avec des placements alternatifs sans corrélation. Par exemple, l’investisseur institutionnel moyen affecte actuellement 52 % de son portefeuille aux placements alternatifs. En revanche, les investisseurs du secteur détail ne leur réservent que 5 % en moyenne .

Que sont les placements alternatifs ?

Les placements alternatifs représentent une catégorie de stratégies d’investissement en dehors des catégories traditionnelles que constituent les actions, les obligations et les liquidités. Ils englobent une vaste gamme d’investissements possibles et ils peuvent dépendre moins de l’orientation du marché pour produire un rendement. Les types d’actifs alternatifs comprennent des stratégies liquides, comme les fonds de couverture, les matières premières et denrées ainsi que les cryptomonnaies, et les stratégies non liquides, comme les actions de sociétés fermées, le capital-risque et les créances privées.

Pourquoi utiliser des placements alternatifs ?

Comme les placements alternatifs présentent des profils risque-rendement différents des actifs traditionnels, les investisseurs les utilisent pour trois raisons principales :

  • Plus grande polyvalence : Les placements alternatifs peuvent être productifs dans divers environnements de marché.
  • Rendement supérieur : Les placements alternatifs peuvent produire des rendements plus élevés que les actions et les obligations.
  • Diminution du risque : La faible corrélation avec les catégories d’actifs traditionnelles apporte l’avantage de la diversification et peut atténuer les effets de la volatilité sur les portefeuilles.

Dans le contexte actuel, les investisseurs sont confrontés à des choix difficiles. Les taux obligataires d’une faiblesse historique combinés à une volatilité record des actions créent un dilemme pour les investisseurs qui essaient d’atteindre leurs objectifs financiers. Les portefeuilles traditionnels composés uniquement d’actions et d’obligations peuvent ne pas suffire pour répondre à des attentes financières élevées. 

Les stratégies de placements alternatifs offrent la possibilité aux investisseurs de diversifier davantage leurs portefeuilles dans le but d’obtenir des rendements ajustés en fonction du risque supérieurs. En plus de rendements potentiellement plus élevés, les placements alternatifs peuvent offrir aux investisseurs une plus grande polyvalence et diminuer le risque du portefeuille. Étant donné leurs avantages sur le plan de la diversification, et les maigres perspectives des actions et des obligations, les investisseurs intègrent de plus en plus les placements alternatifs dans la répartition de leurs portefeuilles. 

À l’avenir, les investisseurs comprendront qu’il est carrément irresponsable et incroyablement risqué de n’investir que dans deux catégories d’actifs. Les actions et les obligations rempliront encore leur rôle dans un portefeuille, cependant, la répartition des actifs future sera plus proche de 50/30/20 – 50 % d’actions, 30 % d’obligations et 20 % de stratégies de placements alternatifs diversifiés.

Les placements alternatifs étaient jadis complexes, inaccessibles, peu liquides, opaques et à coût élevé. Aujourd’hui, ces nouveaux placements liquides alternatifs offrent au commun des investisseurs un accès à des stratégies de placement alternatif de calibre institutionnel dans des FNB peu coûteux, faciles d’emploi et transparents. Les investisseurs n’ont jamais eu autant d’options qu’aujourd’hui.

Pour en savoir plus sur Accelerate : https://accelerateshares.com/

logo accelerate

---

Cet article a été rédigé pour Accelerate Financial Technologies Inc. et est publié avec sa permission. Les opinions exprimées dans ce document ne représentent pas nécessairement le point de vue de Accelerate Financial Technologies Inc.

Cet article ne constitue pas un conseil en matière de placement, juridique ou fiscal. Les données fournies dans cet article ne doivent pas être considérées comme une recommandation ou une sollicitation d’une offre d’achat ou de vente de titres ou de stratégies d’investissement. Les informations contenues dans cet article sont basées sur les conditions actuelles du marché et peuvent fluctuer et changer à l’avenir. Aucune représentation ou garantie, expresse ou implicite, n’est faite au nom d’Accelerate quant à l’exactitude ou la complétude des informations contenues dans le présent document. Accelerate n’accepte aucune responsabilité pour toute perte ou dommage direct, indirect ou consécutif subi par toute personne du fait de s’appuyer sur tout ou partie de cet article et toute responsabilité est expressément rejetée. Accelerate peut avoir des positions sur les titres mentionnés. Le rendement antérieur ne reflète également pas un rendement futur.

Notes légales 

Les articles et renseignements accessibles sur ce site Internet sont protégés par les lois sur le droit d'auteur en vigueur au Canada ou dans d'autres pays, le cas échéant. Les droits d’auteur dans ces articles et renseignements peuvent appartenir à la Banque Nationale du Canada, à ses filiales ou à d'autres personnes. Toute reproduction, rediffusion, communication par télécommunication, incluant par référence via un hyperlien, ou toute autre utilisation non explicitement permise, de la totalité ou d’une partie de ces articles et renseignements, est interdite sans le consentement préalable et écrit de leur titulaire respectif.

Le contenu de ce site est fourni qu’à des fins d’information générale et ne doit d’aucune façon être interprété, considéré ou utilisé comme s’il constituait des conseils d’ordre financier, juridique, fiscal ou autre. De plus, l'information présentée sur ce site web, qu'elle soit d'ordre financier, fiscal ou réglementaire, pourrait ne pas être valable à l'extérieur de la province du Québec.

Cet article est offert par Banque Nationale Courtage direct (BNCD) à titre informatif seulement. Il ne crée aucune obligation légale ou contractuelle pour BNCD et le contenu des programmes et des conditions qui y sont décrits est sujet à changement.

Les hyperliens contenus dans cet article pourraient rediriger vers des sites externes qui ne sont pas administrés par BNCD. BNCD ne peut être tenue responsable du contenu de ces sites externes.

Les opinions présentées dans ce texte sont celles de la personne interviewée. Elles ne reflètent pas nécessairement les opinions de BNCD.

 

Catégories

Catégories